Jul 04 2011

Paris – nous voici

IMG_0224id.jpgVendredi matin, en route pour Paris. J’avais réservé un hôtel près de l’aéroport. Il nous suffisait donc d’aller chercher billets et passeports à l’Agence Juive.

Nous avions tellement peur de ne pas arriver à temps, que nous sommes partis à 6h30 du matin pour faire Le Havre – Paris. Bon je sais… 6 heures pour faire 230 kilomètres, c’est un peu exagéré, mais nous ne voulions prendre au-cun risque !

Nous sommes donc arrivés au bureau de l’Agence vers 9 heures et Pavel était au téléphone.

En nous voyant arriver, il nous fait signe et branche le haut-parleur: C’est Ketty, la directrice du projet de l’alyah pour les francophones à Haifa.

– On parle de vous, me dit Pavel.
– Ben oui, nous dit le haut parleur, comme vous ne veniez pas, j’ai donné votre appartement à un autre. Il aurait fallu me prévenir que vous n’arriviez que dimanche.
– Ha ? Donc, on part dimanche ?
– Oui, vous partez dimanche, nous dit Pavel.
– Maintenant, comment voulez-vous que je vous prévienne de notre arrivée alors que je ne le sais pas ?
– Oui, mais vous comprenez, dans ce cas, moi, je donne votre appartement à quelqu’un d’autre, surtout quand je n’ai pas de vos nouvelles.
– Mais je vous ai écrit !
– Oui, que vous ne veniez pas avec le tapis rouge (c’est vrai, c’est ce qu’il y avait dans le courriel en plus d’une demande d’aide et de voir ce qui pouvait être fait) et après vous ne m’avez plus rien dit, alors, bien sûr…
– Mais nous ne savions rien ! Nous étions, et nous sommes, toujours à la rue ! Nous sommes une famille avec un chien et un chat et nous allons d’hôtel en hôtel !
– Bon, je vous recontacte, nous n’allons pas vous laisser dehors, ne vous inquiétez pas.

Après quelque temps, environ une demi-heure, Ketty a rappelé et nous avions une adresse à Haifa: Horev 62… Mais seulement jusqu’au 28 juin. Donc une dizaine de jours max. C’est le temps que nous avions pour trouver autre chose.

Dans l’entre temps, Pavel était passé à l’offensive :

– Mais c’est de ta faute tout ça, il ne faut pas compter sur la date comme précise.
– Pavel, vous n’allez pas me faire croire que je ne puisse pas compter sur la date annoncée de l’alyah. Je vous ai demandé encore en mars avant de résilier mon bail trois mois avant: Êtes-vous sûr que nous pouvons partir le 15 juin. “oui, oui, vous m’avez répondu, pas de problèmes”.
– Oui, mais ce n’est pas sûr quand-même. Tant que tu n’as pas le billet d’avion entre les mains, tu ne peux pas être sûr.
– Mais Pavel, nous avons la cinquantaine. Nous n’avons plus 18 ans et nous ne déménageons pas dans deux sacs à dos, enfin ! Nous sommes une famille, nous avons une maison, des meubles, ces choses-là viennent avec nous et il fallait arranger cela avec Sonigo.
– Sonigo, il travaille pour toi, me répond Pavel en criant presque, alors si tu peux pas le 15 juin comme prévu, tu lui dis : ce sera le 15 juillet, et c’est tout. Il travaille pour toi, c’est pas toi qui travaille pour lui!
– Oui, bien sûr, je suis persuadé que monsieur Sonigo se fera un plaisir d’immobiliser un container pour un mois supplémentaire… pour quelques milliers d’euros, c’est sûrement faisable. Écoutez Pavel, si le 15 juin n’était pas possible, il vous aurait suffi de me téléphoner et de me le dire. Mais vous nous avez tenus dans l’ombre. Vous ne nous avez donné aucune information. Rien ! Il fallait toujours que je sois pendu au téléphone ou au mail pour avoir ne serait-ce qu’une miette d’information. Si quelqu’un s’est planté dans la date, c’est vous. Depuis décembre 2010, nous travaillons sur le 15 juin.
IMG_0222.jpg – Tsk… Bon, si ça peut te faire plaisir de me donner la faute, fais-le, il faut toujours un coupable, c’est bien pratique. Moi je te dis, si tu as ce genre d’idée, en Israël, tu vas avoir des problèmes.
Une parenthèse dans le récit : Depuis que nous sommes arrivés en Israël, nous avons eu affaire à différentes institutions et différentes officines (j’y reviendrai plus tard). Et nous n’avons, pour l’instant, rien trouvé de ce manque de compétence. Bien au contraire. Par contre, du côté informations et compétences du côté francophone, c’est vrai, cela laisse beaucoup à désirer. Donc, je ne suis pas sûr que ce soit un problème israélien… Mais l’avenir nous en dira sûrement plus.

Inutile de dire que je n’ai pas relevé la dernière phrase de Pavel, cela n’aurait pas servi à grand-chose et de toute façon, nous avions maintenant nos billets en main et nos passeports avec les visas.

Nous devions donc partir de Charles de Gaulle à 11h25 avec le vol El Al LY 320 et nous devions arriver à Tel Aviv vers 17h00, heure locale. Il ne nous restait plus que deux nuits à passer en France et… en route.

Les choses avaient bien bougé. J’ai envoyé le fax aux autorités vétérinaires pour ce qui était de Tikva et de Frostie afin qu’ils puissent nous suivre et il ne nous restait plus qu’à attendre le dimanche, ce que nous avons fait de bonne grâce.

Lisez le reste en cliquant ici: Bonjour Israël.

IMG_0226.jpg IMG_0187.jpg

1 Comment

  • By Henrik Blunck, 07/07/2011 @ 16:36

    Monsieur Pavel n’aurait pas grand chance de travail avec la manque de compétence et le ton qu’il prends… :’-(

Other Links to this Post

RSS feed for comments on this post.

Leave a comment

WordPress Themes