Jun 24 2011

Préparations

Avant de commencer : que ceux qui connaissent les détails d’une immigration en Israël m’excusent, mais je désire écrire un texte qui puisse être compris par tout le monde. Je vais donc peut-être donner des détails qui pourront paraître inutiles.

Le terme “Aliyah” (textuellement “une montée”) désigne une immigration faite par un ou par une juive en Israël. Le retour au pays, dira-t-on (appelé, la “loi du retour”). On est alors “Olé khadash” (nouvel immigrant – ou “nouvelle personne montante”), plus souvent désigné par le mot “Olé”.

Nuremberg_laws.png

L’État d’Israël base les droits de la loi du retour sur les lois de Nürenberg. C’est à dire que toute personne considérée comme juive par les nazis, et prône à l’extermination (il suffisait d’un grand parent juif) peut revenir en Israël en tant qu’Olé khadash.

Il faut donc monter un dossier avec l’Agence juive (située à Paris, Marseille, Nice et Lyon pour la France) afin de préparer son Aliyah.

C’est en décembre que nous avons commencé à préparer notre Aliyah. Du fait où nous n’avons plus vingt ans (béh non!), nous avons des meubles, des ordinateurs, des livres, etc. qui devaient venir avec nous. Même les 60 kilos autorisés de bagages par personne n’étaient pas suffisants.

Lorsque nous nous sommes décidés à quitter la France, nous l’avons dit à notre fils, Danni. Nous lui avons dit qu’il avait possibilité de venir avec nous s’il le désirait. Après quelque temps de réflexion, il s’est décidé pour venir en Israël aussi.

Moi, je suis de père juif, donc même si je ne suis pas considéré comme juif par les orthodoxes, c’est suffisant pour l’État d’Israël. Ma femme, étant mariée avec moi a les mêmes droits (qu’elle soit juive ou pas), même chose pour notre fils qui en fait est mon fils adoptif. S’il n’avait pas été mon fils adoptif, étant majeur, il n’aurait pas pu faire son Aliyah.

lire le reste »

Jun 24 2011

La paperasserie commence

Avant de partir, il faut bien entendu avoir apporté les différents papiers. Et ce qui pourrait paraître simple au premier abord, peut devenir compliqué.

Condition sine qua non pour pouvoir faire son Aliyah : prouver son judaïsme en apportant une preuve qu’on est juif (ou en partie juif) en prouvant son propre judaïsme ou celui d’un de ses parents ou d’un de ses grands parents.

Cela peut être une Ketouba (acte de mariage religieux) personnelle ou d’un de ses parents ou bien un certificat de judaïsme. En France, on a eu la chance d’avoir eu Napoléon qui nous a laissé le consistoire qui peut délivrer, entre autres, ces certificats. Donc en obtenant un certificat de judaïsme pour soi-même ou d’un de ses parents ou grands parents, c’est tout bon aussi.

Pour ce qui est de moi, j’avais déjà été en Israël en 1982-1983 en tant que résident temporaire et j’avais toujours mon vieux livret d’Olé et mon numéro de carte d’identité de l’époque, lequel stipulait que j’étais juif. Mais ce n’était pas suffisant. Il me fallait coûte que coûte apporter ou une Kétouba ou un certificat de judaïsme d’un de mes parents ou grands parents.

Je suis “seulement” juif du côté de mon père (mais par contre, beaucoup car la famille compte plusieurs rabbins et un grand rabbin au Maroc). Mais il n’y a pas beaucoup de papiers. La famille venant du Maroc et d’Algérie, certaines choses sont difficiles à avoir.

lire le reste »

Jun 26 2011

L’Aliyah des animaux

Lorsque nous étions chez Pavel, le conseiller, une des premières fois, je lui ai demandé: “- dites-moi Pavel, est-ce que nous pouvons prendre nos animaux de compagnie avec nous lorsque nous allons faire notre aliyah? Bien entendu, je ne compte pas à ce que l’Agence paye le billet du chien et du chat, nous le payerons nous-mêmes, bien sûr.”

La réponse tomba prompte et sans appel: “- non, pas d’animaux pour l’Aliyah, interdits.”.

Ceci nous a mis un sacré coup, car nous tenons à nos bêtes.

Nous nous sommes dit que puisque c’était interdit, cela devait être indiqué quelque part, sur la page de l’Agence, sur celle de l’ambassade d’Israël… Mais non, pas d’interdiction d’emmener les animaux.

Dans l’entre-temps, j’avais appris que mon oncle (enfin, le cousin de mon père) avait fait son Aliyah il y a deux ou trois ans et qu’il habitait en Israël. Je me suis procuré son numéro et je l’ai appelé.

Ho, surprise, il m’annonce qu’il a fait son Aliyah avec un chien et un chat et qu’il n’y avait pas de soucis.

Ha… Cela ne cadrait pas vraiment avec ce que Pavel m’avait annoncé.

lire le reste »

WordPress Themes